Category: Blog Orthofacile

0

Chaque année, ils sont de retour : les Culicidés ou maringouins, plus communément appelés moustiques. Heureusement, l’homme a su trouver une parade en créant des insecticides, chimiques ou naturels, plus ou moins efficaces et qui visent à rendre nos journées et soirées d’été plus agréables. L’insecticide, quelle belle invention, selon moi, au risque de contrarier la plupart des entomologistes. Il suffit de voir les ravages causés tous les ans par le paludisme, la dengue ou le chikungunya pour s’en convaincre. Il en est de même pour les herbicides, fongicides, bactéricides, virucides (vous avez dit COVID ?), dont la terminaison a pour effet d’annoncer clairement la couleur. Cette terminaison s’appelle un « suffixe ». Mais qu’est-ce qu’un suffixe ? Il s’agit d’un élément (« cide ») placé après un radical (« insecte ») pour former un dérivé (« insecticide »).

Le suffixe « -cide » issu du verbe latin caedere qui signifie « frapper, abattre, tuer », sert à composer des substantifs ou adjectifs désignant des agents qui portent atteinte par une action destructive violente à la vie des organismes vivants (vie humaine, animale, végétale, cellulaire). Malheureusement, c’est là que tout se complique car, par extension, le suffixe a été rattaché à d’autres termes, créant ainsi des mots que l’on aurait aimé ne jamais prononcer : génocide, infanticide, fratricide, etc. Nous sommes loin, vous en conviendrez, du fameux « Cid » de Corneille, même si une ambiance tragique semble peu à peu nous envahir. Sachez qu’il existe au total, dans la langue française, 91 mots se terminant par « cide ». Tous n’ont pas une signification funeste, heureusement. C’est le cas, par exemple, de « glucide, lucide, acide ou placide ».

Il y en a un qui vient de faire son entrée dans le Larousse 2020 (alors qu’il figure dans le Robert depuis 2015 !) et ce, presque en catimini car tellement dérangeant, tellement choquant, tellement glaçant ! Il s’agit du mot « féminicide ». Bien qu’il fasse partie de notre triste actualité depuis plusieurs années, avec le décompte macabre conduisant à cette statistique qui ne doit surtout pas devenir une banalité : 1 femme meurt tous les 3 jours des coups de son compagnon ou     ex-compagnon.

Je me permets d’ouvrir une parenthèse purement étymologique qui nous rappelle qu’il existait déjà un terme qualifiant ce « meurtre d’une femme, d’une fille, en raison de son sexe » : c’est « l’uxoricide » (le meurtre d’une femme convaincue d’adultère et excusée par la loi dans le droit romain) qui a été « abandonné » au milieu des années 70, lorsque le féminicide est devenu « un fait de société ». Il était aussi imprononçable et peu évocateur auprès du grand public.

Aujourd’hui, le féminicide marque les esprits. Suffisamment ? Sans doute pas, selon moi. La société, de tradition patriarcale, macho et sexiste, dans laquelle nous vivons et où une relation amoureuse implique que la femme « appartient » à son compagnon, a beaucoup de mal à se défaire des stéréotypes selon lesquelles la femme ne peut être l’égale de l’homme.

Combien de générations faudra-t-il attendre pour que tous les jeunes garçons acceptent enfin (avec l’aide de leurs parents) qu’une fille puisse jouer au ballon dans la cour de récréation ? Combien de générations faudra-t-il attendre pour que tous les adolescents apprennent enfin (avec l’aide de leurs parents) que l’éducation sexuelle ne se fait pas en visionnant des films X ? Combien de générations faudra-t-il attendre pour que tous les hommes comprennent enfin qu’ils n’ont aucun droit de propriété ou de soumission sur leur compagne ? Dire que la société tout entière doit changer est une erreur car cela englobe les femmes ; or, je vous rappelle qu’il s’agit ici des victimes.

La solution viendra donc de nous, les hommes : en nous insurgeant plus fortement devant des tels agissements inadmissibles, en instaurant une vraie parité partout pour casser cette image de domination virile et en respectant, en chérissant la Femme à sa juste valeur, voire un peu plus. Ainsi, ce terme de « féminicide » tombera le plus vite possible dans l’oubli lexical.